La Croatie de Porco Rosso : Une odyssée adriatique

La Croatie de Porco Rosso

À l’ombre des dentelles calcaires qui crénelent le littoral, les eaux limpides de l’Adriatique frémissent sous la caresse d’une brise marine. C’est dans ce décor somptueux, merveille naturelle aux confins de l’Europe, que je me laisse porter par les traces du légendaire Porco Rosso, cet aviateur hors du commun au visage de truie. Une quête onirique sur les ailes de la mémoire, chevauchant les sillages de l’Histoire pour mieux appréhender la Croatie, sublime terre d’inspiration du maître Hayao Miyazaki.

Le souffle du temps sur les rivages dalmates

Voguer le long de cette étroite frange méditerranéenne, c’est s’immerger dans un voyage intérieur aux frontières de l’imaginaire et du réel. De l’autre côté du miroir, se dévoile une Croatie secrète, mystérieuse, où chaque recoin semble avoir été ciselé par le pinceau du génie de Ghibli. Ici, les paysages se font palettes mouvantes, jouant des gammes chromatiques du bleu roi des eaux profondes à l’indigo velouté des criques ombragées.

Dans cet écrin féerique, les îles semblent flotter, suspendues dans l’apesanteur du grand bleu. Véritables joyaux bruts de l’Adriatique, elles déroulent leurs silhouettes tourmentées, ciselées par les vents et les marées. Telle une enfilade de sentinelles immémoriaux, elles veillent sur une Croatie immuable, ancrée dans la roche vive de son identité séculaire.

Vis, l’île aux mille visages

Perle rare niché au cœur de l’archipel dalmate, Vis se distingue comme l’incontournable berceau des inspirations miyazakiennes. Ici, nulle horde de touristes ne vient entacher le charme suranné d’un éden resté vierge. L’atmosphère se fait propice à la rêverie, laissant libre cours à nos aspirations les plus fantasques. Me voilà aspiré par la magie mystique de cette terre, portée par les murmures d’un temps immémorial…

Déboulant d’une piste sinueuse à flanc de falaise, j’aperçois la crique de Stiniva. Un véritable bijou de la nature, écrin de quiétude lovée au creux d’une anse rocailleuse. Un fin croissant de sable blond s’arque au pied d’une paroi minérale abrupte. Aussitôt, les images de Porco Rosso s’impriment sur ma rétine en plissés colorés. Là, au cœur de ce paysage éthéré, l’aviateur solitaire posait son hydravion rouge cerise, semblable à un oiseau de passage dans ce refuge enchanteur.
La crique de Stiniva à Vis, en Croatie

Fasciné par l’atmosphère ensorcelante de ce théâtre naturel, je me laisse porter par les accents salins de la brise marine. Mon regard se perd au loin, par-delà la ligne d’horizon qui sépare ciel et mer. Là-bas, entre les franges ouatées des nuages paresseux, ne se dessine-t-il pas la silhouette d’un hydravion filant à contre-jour ? Un mirage né de mon imagination fertile, ou l’ombre d’un temps révolu planant avec nostalgie sur ces lieux empreints de souvenirs ?

LIRE  Le drapeau croate expliqué en détail

Milan, la genèse d’un mythe

Mais Porco Rosso ne serait rien sans son créateur de génie. Et quelle autre ville que Milan pouvait se targuer d’avoir insufflé la vie à cette icône du cinéma d’animation ? Berceau industriel de l’Italie, la capitale de la Lombardie charrie un patrimoine aussi flamboyant que controversé. Ici s’écrivirent les pages les plus marquantes de la geste porcine, dans un dédale de ruelles bruissant des échos d’un riche passé.

De la Piazza del Duomo aux dédales de briques rouges du Naviglio, ancien réseau de canaux hérité du Moyen Âge, chaque recoin de Milan vibre du souffle d’un temps à la croisée des chemins. Berceau de la Renaissance italienne, cette ville ardente semble avoir puisé sa fougue créatrice dans les prémices des tourmentes idéologiques qui déchirèrent l’Europe du XXe siècle.

Sur la piste des artisans de l’hydravion légendaire

Arpentant les artères nées de la fièvre industrielle du Risorgimento, je me laisse guider par l’écho de pas feutrés, ceux des artisans anonymes ayant œuvré à la résurrection de l’avion de Porco. Dans une arrière-cour fleurant bon l’huile de vidange et les alliances métalliques, une porte entrebâillée laisse deviner une forge aussi vieille que le monde. Un antre aux relents d’un autre âge, où les gestes séculaires des forgerons dessinent la promesse des rêves les plus audacieux.

Frappés à l’effigie d’un sanglier déployant ses ailes, les pièces de l’appareil semblent tout droit jaillies des braises d’un mythe renaissant. Porté par la ferveur visionnaire de Piccolo et de son équipe d’ingénieures, je devine l’avion légendaire reprendre vie sous l’affût des marteaux. Dans le sourd grondement des enclumes, rythmé par les halètements des soufflets, je crois entendre résonner les plaintes d’une âme tiraillée entre l’horreur des combats et la quête d’un idéal pacifique.

Personnage clé Rôle Symbolisme
Porco Rosso Aviateur maudit Quête de rédemption, fuite du monde moderne, retour aux sources
Piccolo Ingénieur aéronautique Incarnation du génie humain, pouvoir de création, transmission des savoirs
Fio Jeune ingénieure Nouvelle génération, espoir en l’avenir, pouvoir des femmes

Piccolo… Derrière ce patronyme humble et discret, se cache une véritable lignée d’éminences grises de l’aéronautique. Des artistes de l’ombre ayant bravé les diktats belliqueux d’un monde rongé par la folie des grandeurs pour se consacrer à leur passion : dessiner les courbes sublimes des ailes porteuses de rêve et de liberté.

Quand la beauté rejaillit des ruines

Las, la barbarie humaine rattrapera bien vite l’insouciance des pionniers de l’air. Alors que les nuées de l’orage s’amoncellent au-dessus de l’Europe, l’ascension du fascisme mussolinien vient jeter une ombre menaçante sur les frêles élans de l’aviateur porcin. Dans une mégalomaniaque royale grotesque, le régime perverti se lance dans une traque impitoyable de ceux qui aspirent encore à respirer les bourrasques de la liberté.

LIRE  Se déplacer en train en Croatie : mes conseils ferroviaires

Au cœur de cette menace rampante, Milan n’est plus qu’un champ de ruines exsangue, orphelin de ses glorieux fabulistes. De l’autre côté du miroir, l’île dalmate de Vis offre son refuge insulaire aux âmes désabusées en quête d’un havre de paix. Une nouvelle fois, l’authenticité des lieux insuffle sa beauté apaisante aux chimères tourmentées de mon esprit.

Un présent immuable pour panser les blessures du passé

Délaissant les ruines poussiéreuses de la cité lombarde, j’aspire à grands traits les effluves vivifiants de l’Adriatique. Sur ces rivages immaculés battus par les vagues,le temps semble s’être cristallisé dans la candeur d’un présent éternel. Une trêve paisible, aux lourds relents de paradis bohème, où les brisants viennent mourir en lentes caresses sur d’interminables étendues de galets nacrés.

Baigné dans cette atmosphère à la douceur ouatée, je me plais à divaguer, porté par la vague mouvante des somptueux épanchements de la nature. Loin des tumultes des cités rongées de l’intérieur par les ferments belliqueux de l’Homme, l’île de Vis se love dans une douceur de vivre têtue, indifférente aux soubresauts de l’Histoire qui l’ont toujours effleurée sans l’entamer. A pas chaloupés, je suis la dérive d’un sentier côtier pour mieux me laisser pénétrer par la plénitude éthérée de ces lieux à nul autre pareils.

Les leçons de l’éternité pour un monde vacillant

Et tandis que je m’enivre des élans rocailleux de cette Croatie archaïque, un constat limpide comme la plénitude de ce décor prend forme dans mon esprit malmené. Porco Rosso n’est que le miroir de nos aspirations les plus nobles, le porte-étendard d’une humanité fuyante mais à jamais rattachée aux forces vives de la nature. Son étrange malédiction, qui lui confère une apparence porcine entre toutes singulière, symbolise ce lien atavique qui nous relie, frustrés bipèdes déracinés, à ce terreau fertile dont nous avons un temps espéré nous extraire.

Car dans son errance mélancolique, n’est-ce pas avant tout un retour aux origines que cherche le légendaire aviateur ? Renouer avec cette fibre tellurique qui patine les falaises tourmentées de Vis, assourdit la voix des ressacs et nimbe les matins d’une brume opaline ? Sous les atours truculents du Porcin volant, se loge une inaltérable candeur que le temps n’aura de cesse de révéler aux âmes assoiffées de verticalité.

En cette heure bénie, au crépuscule d’une journée vouée à percer les mystères de l’enfant sauvage de Miyazaki, je réalise qu’au-delà des péripéties rocambolesques ayant jalonné ma quête initiatique en terres adriatiques, c’est un retour aux sources dans ce qu’il a de plus élémentaire que je viens d’accomplir. Par-delà l’inéluctable vanité des siècles, perdurent les archétypes de cette nature indocile que les civilisations les plus brillantes n’auront réussi qu’à supplanter dans un leurre cupide.

LIRE  La diaspora croate en France et dans le monde

L’héritage de Porco Rosso

Alors que le disque d’or du soleil achève sa course auréolée dans une embrasure mordorée, l’ultime regard que je porte sur l’immensité saphir se fait celui de l’apaisement. Car ici, au bout du monde, aux confins d’une Croatie aussi secrète que révélatrice de mes propres chimères, j’ai goûté à la félicité de ceux qui n’ont d’autre voie que celle du rêve éberlué. Désarmé par la tendresse brute de ces paysages insoumis, auréolés de la vindicte d’une nature éternelle, j’ai risqué un œil par le trouée dérobée de ce reflet inversé que nous nommons monde.

Et là, dans cette insoutenable lucidité des choses simples, j’ai compris que l’aventure porcine figurait la somme de nos peines les plus fécondes, l’offrande d’un sublime reproche à ce que nous fûmes un temps : fiers démiurges d’une œuvre imparfaite. Par-delà les conflits larvés et les tragédies à répétitions qui hantent les strates de nos cités mortes, se loge une part essentielle que la sombre raison a tenté d’occulter. Celle d’une plénitude plus limpide que les eaux translucides de ces mers aux confins du monde…

Le legs d’une liberté conquise aux franges des certitudes

C’est fort de cette méditation solennelle que je prends congé de cette Croatie fantasmagorique, palimpseste d’un songe porté par les courants inaltérables du mythe fondateur. Ici, m’auront été contés les derniers soubresauts d’une longue marche plus naïve qu’il n’y paraît vers une accalmie toute théorique. Celle d’hommes affolés, longtemps bernés par le leurre spécieux de leur toute-puissance.

Aujourd’hui, l’heure n’est plus à ces gesticulations mortifères. Par la voix familière de Porco Rosso, nos âmes d’enfants égarés dans ce siècle trop admirable recouvrent leurs lettres de noblesse. Pourrons-nous enfin regarder ce miroir d’illusions qui hante nos songes d’Hommes en nous acceptant tels que nous sommes : de faibles princes déchus, à la recherche d’une lumière oubliée ?

Alors quittons sans attendre ces lieux enchanteurs, de crainte de souffrir la brûlure du Soleil impavide qui point à l’horizon. Et dans la calme assurance de ce nouveau jour, portons en nous le legs d’une sérénité un temps méprisée : celle d’un petit avion écarlate voguant.

Vous pourriez aussi aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *